Zyte

Zyte

By (author)  , Edited by 

Free delivery worldwide

Available. Dispatched from the UK in 3 business days
When will my order arrive?

Description

Extrait: I Le soleil couchant se noyait au milieu des vapeurs cuivrees qui, dans le lointain, emplissaient l'horizon au-dessus de Paris, et deja l'ombre grise des soirs de fevrier avait brouille le ciel du nord a l'est. Le temps qui le matin s'etait mis au degel retournait au froid, et les plaques de neige delayees dans la boue epaisse de la route se reprenaient en glace, craquant sous le pied. Pas un paysan aux champs, pas une charrue dans la plaine deserte ou quelques mottes de terre trouaient de points noirs la nappe de neige qui avait commence a fondre; partout la solitude dont le morne silence n'etait trouble que par une bise glaciale qui dans les branches denudees des peupliers soufflait la chanson de l'hiver, et aussi par les croassements de quelques corneilles attardees a chercher leur nourriture. Cependant deux voitures, de celles que dans le monde des saltimbanques on appelle des roulottes, descendaient la cote de Champs, trainees par des chevaux efflanques et de couleur indecise dans le calme du soir on entendait les mecaniques serrees grincer et les essieux crier avec la plainte lamentable des choses detraquees. Celle qui tenait la tete, attelee de deux chevaux, etait un long edifice en planches rouges et jaunes alternativement, sur lesquelles on lisait en lettres blanches d'une taille demesuree Grand theatre Duchatellier; dans les cotes s'ouvraient des fenetres a persiennes, et de son toit sortait un bout de tuyau en T d'ou s'envolaient des petits flocons de fumee; l'avant etait dispose en veranda avec galerie circulaire et porte vitree. Plus petite et plus modeste etait la seconde roulotte; un seul cheval la trainait, bien qu'elle parut assez lourdement chargee a en juger par les planches, les treteaux et les decors roules entasses sur l'imperiale. Autour de ces voitures marchaient des hommes vetus de costumes bizarres pour la forme comme pour la couleur et qui bien evidemment ne servaient point dans la vie ordinaire, mais qu'on avait tires des coffres aux costumes, quand la bise avait commence a souffler, pour se defendre du froid c'etait dans le carrick gris a petits collets de Chopart, dit l'Aimable, que s'enveloppait le conducteur de la premiere voiture, M. Duchatellier lui-meme, et dans le manteau troue de Don Cesar de Bazan que se drapait le pere Lachapelle, le financier de la troupe, qui pour le moment conduisait par la bride Belisaire, le vieux cheval aveugle attele a la seconde voiture; Theodore le comique avait endosse le pourpoint du duc de Brabant; Joseph, l'amoureux et le jeune premier, s'etait fait un cache-nez du chale avec lequel on jouait les Anglais ridicules; et Stanislas, en qualite de fils de la maison qui peut tout se permettre, s'etait adjuge la pelerine de lapin blanc du juge, ainsi que le bonnet de fourrure sans lequel il n'y a pas de bon geolier au theatre. En descendant la cote, qui est raide, il avait fallu la main vigoureuse de Duchatellier et l'adresse du vieux Lachapelle pour soutenir les chevaux qui glissaient sur la neige deja verglacee, et encore avaient-ils failli s'abattre plus d'une fois. Arrives au bas, on s'arreta.show more

Product details

  • Paperback | 308 pages
  • 152.4 x 228.6 x 17.78mm | 530.7g
  • Createspace Independent Publishing Platform
  • United States
  • French
  • Large type / large print
  • Large Print
  • black & white illustrations
  • 1507723296
  • 9781507723296

About M Hector Malot

Hector-Henri Malot dit Hector Malot, ne le 20 mai 1830 a La Bouille, non loin de Rouen, et decede le 18 juillet 1907 a Fontenay-sous-Bois, est un romancier francais. Biographie Veuf, son pere, notaire, epouse en secondes noces la veuve d'un capitaine au long cours. Les deux epoux ont, de leur premier mariage, chacun deux enfants. Hector est donc le benjamin d'une famille que l'on dirait aujourd'hui recomposee . Enfance et adolescence Alors que le pere manifestait un caractere rigide empreint d'une certaine severite, la mere, plus conciliante, bercait l'enfant de recits de voyages (peut-etre inspires par ceux de son premier epoux). Elle developpa ainsi son gout pour les histoires. Lorsqu'a l'age adulte, il s'opposa a la volonte paternelle, preferant la voie des lettres aux etudes de droit, elle le soutint dans son choix. Le jeune Hector fit ses etudes au lycee Corneille de Rouen ou Gustave Flaubert l'avait precede dix ans plus tot. Il s'y lia d'amitie avec celui qui fut quelque temps le secretaire de Sainte-Beuve, Jules Levallois, futur critique litteraire. Ses etudes ne furent pas brillantes; il souffrit d'un systeme scolaire dans lequel il ne pouvait pas s'exprimer. Ses preferences allaient a l'histoire dont l'enseignant etait un original, a l'esprit libre.show more