Liherieu Hag Avieleu, or the Catholic Epistles and Gospels for the Day Up to Ascension, Tr. Into the Brehonec of Brittany. Also in Three Other Parallel Columns a New Version of the Same Into Breizounec, a Version Into Welsh, and a Version

Liherieu Hag Avieleu, or the Catholic Epistles and Gospels for the Day Up to Ascension, Tr. Into the Brehonec of Brittany. Also in Three Other Parallel Columns a New Version of the Same Into Breizounec, a Version Into Welsh, and a Version

By (author) 

List price: US$14.14

Currently unavailable

Add to wishlist

AbeBooks may have this title (opens in new window).

Try AbeBooks

Description

This historic book may have numerous typos and missing text. Purchasers can download a free scanned copy of the original book (without typos) from the publisher. Not indexed. Not illustrated. 1865 edition. Excerpt: ...D'abord, il ne faut pas dire Alesia, mais Haksia. Car il n'y a pas de mot celte qui commence par un a voyelle. L'a celtique ressemble a Yalif oriental; il est toujours legerement aspire comme une consonne. Il faut donc ecrire et prononcer Halesia. Or, l'aspiration de VAU/ celtique n'obtint jamais droit de Bourgeoisie ou de municipe chez les Romains qui, au lieu de gutturer, sifflaient. D'Halesia (Halen, sel), les Transteveres firent donc Salesia, Salinia, Sabnes, Salorges, Salins, la ville du sel--tout comme ils avaient fait Sol de Hol, Heol, Haul et Hiaul, le Holeil, le Soleil.--Tout comme ils avaient fait Semper de - t i (sans fin); Sempiternel, Hemp-pen; Et le grand mot impenetrable; En Oes en Oeilen, Oedernite, Oteruite, Eternite, iEternitas. '1 Accumuler ici des preuves de ce phenomene phonetique et montrer l'aspiration celtique transmutee en sifflement latin; montrer l' changee en s, serait se rire de ceux qui savent, et obdurer ceux qui ne savent pas.., . Or 'je? Halesia, c'est-a-dire les mines de sel ne sont pas rares dans les Gaules, sur la carte des conserves alimentaires. C'est pres d'une de ces precieuses Halores uu Salores que nos peres--(qui plus que nous avaient besoin de sel--car ils n'avaient ni les navets ni les Mangold-Wurzel, pour nourrir leurs troupeaux pendant l'hiver)--d'ordinaire se battaient. Quand je dis d'ordinaire, je veux dire toutes les fois que le gui de l'an neuf ramenait sous les huttes l'aimable fete des boudins. C'est pour le sel en effet, Salen, halen que nos peres se sont battus non seulement a Halis a chez les Franc-Comtois, mais aussi...show more

Product details

  • Paperback | 34 pages
  • 189 x 246 x 2mm | 82g
  • Rarebooksclub.com
  • Miami Fl, United States
  • English
  • black & white illustrations
  • 1236557123
  • 9781236557124