La Maison de Nucingen, Suvi de, Pierre Grassou

La Maison de Nucingen, Suvi de, Pierre Grassou : La Comedie Humaine

By (author)  , By (author)  , Edited by 

Free delivery worldwide

Available. Dispatched from the UK in 3 business days
When will my order arrive?

Description

La Maison Nucingen est un roman d'Honore de Balzac ecrit en 1837, d'abord roman-feuilleton paru dans La Presse, d'octobre a novembre 1837, edite en volume en 1838 chez Werdet. Il fait partie des Scenes de la vie parisienne de La Comedie humaine. Le titre initialement prevu par Balzac etait la Haute Banque, terme qui designait a l'epoque une poignee de banquiers qui avait acquis une preponderance absolue sur les marches financiers et dont Nucingen fait partie. Le baron de Nucingen apparait pour la premiere fois dans Le Pere Goriot, puis dans Melmoth reconcilie ou il est evoque par l'intermediaire de son caissier. Balzac n'avait d'ailleurs pas termine l'ecriture de Melmoth lorsqu'il entreprit la construction de La Maison Nucingen. En realite, dans les deux romans, l'auteur est inspire par le meme sujet: la speculation boursiere, l'agiotage qui font rage a une epoque d'industrialisation sans precedent, ou la folie des investissements hasardeux peut conduire au triomphe ou a la ruine. Mais si Nucingen reste proche de la realite, Melmoth (qui sera classe dans Les Etudes philosophiques) ayant vendu son ame au diable, ramene au mythe de Faust. Le roman est clairement une description de l'ascension en Europe de la maison Rothschild, avec la description du fameux coup de bourse lors de la bataille de Waterloo. Resume: Eugene de Rastignac etait devenu l'amant de Delphine de Nucingen, femme du grand banquier Nucingen en 1819 dans Le Pere Goriot. En 1833, date a laquelle commence la Maison il rompt avec Delphine, mais il continue a travailler avec son mari dans des affaires frauduleuses, ou il gagne beaucoup d'argent au point qu'il se trouve bientot en position de pretendre au titre de pair de France. Dans le salon particulier d'un celebre restaurant parisien, un homme surprend la conversation de quatre journalistes echauffes par un bon repas, Andoche Finot, Emile Blondet, Couture et Jean-Jacques Bixiou. Ceux-ci commentent l'etonnante reussite de Rastignac, qui doit son succes a la maison Nucingen, la fameuse banque parisienne. Nucingen pense que l'argent n'est une puissance que quand il est en quantites disproportionnees, raison pour laquelle il se lance dans des operations complexes qui peuvent se resumer ainsi: il fait monter les prix de titres et les rachete quand il les a fait baisser artificiellement. Il va meme jusqu'a utiliser des hommes bien consideres dans la sphere parisienne, dont Rastignac fait partie, pour faire croire a sa ruine imminente et pour alimenter la panique qui lui permet ensuite de speculer a des taux faramineux. Nucingen a l'art de combiner de fausses faillites, d'avancer ses pions sous forme d'hommes de paille. Il se retrouve ainsi a la tete de capitaux enormes et il peut racheter a tres bas prix les actions qu'il avait d'abord fait surestimer, puis baisser. Sa premiere liquidation lui permet d'acquerir un luxueux hotel particulier et de se lancer dans une extravagante affaire en commandite par action dans les mines de Worschin. Il pourra jongler ensuite avec une deuxieme, puis une troisieme liquidation. Nucingen a utilise un grand nombre d'hommes de paille, parmi lesquels le tres respectable Eugene de Rastignac, le comte des Lupeaulx qui tous se sont enrichis a ses cotes. Il a cependant fait perdre beaucoup d'argent au tres habile Ferdinand du Tillet, qui pourtant l'admire et prend lecon de ses methodes. Balzac expose ici un veritable traite de technique financiere telle qu'elle fonctionnait dans une periode de febrilite boursiere, pas tres eloignee des methodes pratiquees a notre epoque. Il avait sous les yeux l'exemple du banquier Laffitte et surtout celui du banquier Beer Leon Fould, qui se trouva deux fois en cessation de paiement (1799 et 1810), mais qui se releva des 1825 et compta parmi l'un des membres de la haute banque. Les man uvres a double ou"show more

Product details

  • Paperback | 174 pages
  • 152.4 x 228.6 x 10.16mm | 322.05g
  • Createspace Independent Publishing Platform
  • United States
  • French
  • Large type / large print
  • Large Print
  • black & white illustrations
  • 1508793115
  • 9781508793113

About Honore de Balzac

Honore de Balzac, ne Honore Balzac a Tours le 20 mai 1799 (1er prairial an VII du calendrier republicain), et mort a Paris le 18 aout 1850 (a 51ans), est un ecrivain francais. Romancier, dramaturge, critique litteraire, critique d'art, essayiste, journaliste et imprimeur, il a laisse l'une des plus imposantes uvres romanesques de la litterature francaise, avec plus de quatre-vingt-dix romans et nouvelles parus de 1829 a 1855, reunis sous le titre La Comedie humaine. A cela s'ajoutent Les Cent Contes drolatiques, ainsi que des romans de jeunesse publies sous des pseudonymes et quelque vingt-cinq uvres ebauchees. Il est un maitre du roman francais, dont il a aborde plusieurs genres, du roman philosophique avec Le Chef-d' uvre inconnu au roman fantastique avec La Peau de chagrin ou encore au roman poetique avec Le Lys dans la vallee. Il a surtout excelle dans la veine du realisme, avec notamment Le Pere Goriot et Eugenie Grandet, mais il s'agit d'un realisme visionnaire, que transcende la puissance de son imagination creatrice. Comme il l'explique dans son Avant-Propos a La Comedie humaine, il a pour projet d'identifier les Especes sociales de son epoque, tout comme Buffon avait identifie les especes zoologiques. Ayant decouvert par ses lectures de Walter Scott que le roman pouvait atteindre a une valeur philosophique, il veut explorer les differentes classes sociales et les individus qui les composent, afin d'ecrire l'histoire oubliee par tant d'historiens, celle des m urs et faire concurrence a l'etat civil. L'auteur decrit la montee du capitalisme et l'absorption par la bourgeoisie d'une noblesse incapable de s'adapter aux realites nouvelles. Interesse par les etres qui ont un destin, il cree des personnages plus grands que nature, au point qu'on a pu dire que, dans ses romans, chacun, meme les portieres, a du genie. Ses opinions politiques sont ambigues: s'il affiche des convictions legitimistes en pleine Monarchie de Juillet, il s'est auparavant declare liberal, et defendra les ouvriers en 1840 et en 1848, meme s'il ne leur accorde aucune place dans ses romans. Tout en professant des idees conservatrices, il a produit une uvre admiree par Marx et Engels, et qui invite par certains aspects a l'anarchisme et a la revolte."show more