Kourroglou, Suivi de Simon

Kourroglou, Suivi de Simon

By (author)  , Edited by 

Free delivery worldwide

Available. Dispatched from the UK in 3 business days
When will my order arrive?

Description

Notice Kourroglou est toujours, a mes yeux, une oeuvre tres belle et tres curieuse. Elle n'eut pourtant pas de succes dans la Revue independante, ou j'en publiai la traduction abregee. Des raisons d'amitie me firent suspendre ce petit travail que l'on me disait prejudiciable aux interets de la Revue. Mais je protestai et proteste encore contre l'intelligence des abonnes qui prefererent les romans nouveaux a ces chants originaux d'une litterature etrangere. C'etait une initiation a la maniere des rapsodes et des improvisateurs de l'Orient, et l'on sait qu'en fait d'art, comme en toutes choses, le public veut etre pousse par les epaules vers les decouvertes, si faciles qu'elles soient. La suite du poeme, dont j'ai ete forcee de resumer en deux pages les derniers chants et le denouement superbe, a ete publiee en abrege sur le texte anglais de M. Chodzko, par M. C.-G. Simon, a Nantes. Cela fait partie d'une suite de travaux interessants et agreablement presentes, qui ont paru dans les Annales de la Societe academique de la Loire-Inferieure, sous le titre de Recherches sur la litterature orientale, Nantes, 1847. Il est a regretter que M. C.-G. Simon, par des raisons analogues a celles que j'ai subies, n'ait pas continue son exploration dans cette litterature persane, une des plus riches et une des plus belles du monde, assurement, puisqu'on y trouve la maniere d'Homere et celle de Cervantes se coudoyant avec franchise, grandeur et naivete dans les memes recits. On me dira que tout cela est explore deja. J'objecterai que peu de gens lisent ces poemes dans le texte, et qu'on ne les lit guere plus dans les traductions, puisque la mienne et celles de M. Simon, allegees autant que possible des redites et longueurs inevitables de la maniere orientale, n'ont ete goutees et comprises que des litterateurs. Et malgre ceci, j'insiste, et je dis Lisez Kourroglou; c'est amusant, quoique ce soit beau. George Sand Nohant, 24 juin 1833.show more

Product details

  • Paperback | 334 pages
  • 152.4 x 228.6 x 19.3mm | 571.52g
  • Createspace Independent Publishing Platform
  • United States
  • French
  • Large type / large print
  • Large Print
  • black & white illustrations
  • 1508712611
  • 9781508712619

About Mrs George Sand

George Sand est le pseudonyme d'Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne Dudevant, romanciere, auteur dramatique, critique litteraire francaise, journaliste, nee a Paris le 1er juillet 1804 et morte au chateau de Nohant-Vic le 8 juin 1876. Elle compte parmi les ecrivains prolifiques avec plus de soixante-dix romans a son actif, cinquante volumes d' uvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pieces de theatre et des textes politiques. A l'image de son arriere grand-mere par alliance qu'elle admire, Madame Dupin (Louise de Fontaine 1706-1799), George Sand prend la defense des femmes, prone la passion, fustige le mariage et lutte contre les prejuges d'une societe conservatrice. George Sand a fait scandale par sa vie amoureuse agitee, par sa tenue vestimentaire masculine, dont elle a lance la mode, par son pseudonyme masculin, qu'elle adopte des 1829, et dont elle lance aussi la mode: apres elle, Marie d'Agoult signe ses ecrits Daniel Stern (1841-1845), Delphine de Girardin prend le pseudonyme de Charles de Launay en 1843. Malgre de nombreux detracteurs comme Charles Baudelaire ou Jules Barbey d'Aurevilly, George Sand contribue activement a la vie intellectuelle de son epoque, accueillant au domaine de Nohant ou a Palaiseau des personnalites aussi differentes que Franz Liszt, Frederic Chopin, Marie d'Agoult, Honore de Balzac, Gustave Flaubert, Eugene Delacroix, conseillant les uns, encourageant les autres. Elle a entretenu une grande amitie avec Victor Hugo par correspondance, ces deux grandes personnalites ne se sont jamais rencontrees. Elle s'est aussi illustree par un engagement politique actif a partir de 1848, inspirant Alexandre Ledru-Rollin, participant au lancement de trois journaux: La Cause du peuple, Le Bulletin de la Republique, l'Eclaireur, plaidant aupres de Napoleon III la cause de condamnes, notamment celle de Victor Hugo dont elle admirait l' uvre et dont elle a tente d'obtenir la grace apres avoir eclipse Notre Dame de Paris avec Indiana, son premier roman. Son uvre est tres abondante et la campagne du Berry lui sert souvent de cadre. Ses premiers romans, comme Indiana (1832), bousculent les conventions sociales et magnifient la revolte des femmes en exposant les sentiments de ses contemporaines, chose exceptionnelle a l'epoque et qui divisa aussi bien l'opinion publique que l'elite litteraire."show more